Avent – Jour #16 : une recette simple de Noël, le boudin blanc

Ce soir, j’ai décidé d’insuffler un peu d’esprit de Noël dans nos assiettes. Je suis donc passé en vitesse chez Monoprix pour acheter le nécessaire (ça ferme désormais à 20h50, rien ne va plus !).

Rien de bien compliqué, mais ça plait – presque – à tous les coups !

20131217-212515.jpg

Pour deux personnes, que faut-il ? (C’est vraiment très très simple)

  • Deux boudins blancs, ou trois s’ils sont minuscules comme les seuls restants chez Monop’
  • 2 grosses pommes, ou 3 petites, plutôt sucrées (Gala ou Royal Gala par exemple)
  • 4 belles pommes de terres – j’ai pris des Charlotte, pas du tout adaptées pour de la purée, mais les seules qui n’étaient pas en sacs de 5kg. (Belles ça veut dire moyennes, la taille d’un gros citron ou d’une petite orange.. Pas sur que ça aide..)
  • Un peu de beurre et de lait (précis, je sais)

Dans une première casserole on coupe les pommes de terres en dés que l’on couvre d’eau froide. Ensuite, on sale l’eau et on laisse cuire à feu moyen pendant 40min environ (à couvert ou non, selon la quantité d’eau, chacun étant libre tout de même).

En parallèle, dans une seconde casserole on coupe les pommes (épluchées) en gros morceaux. On y ajoute deux cuillères à soupe d’eau, on couvre et laisse cuire pendant 30min environ.

Pendant ce temps là, on peut se servir un verre de vin ou de Perrier avant de préparer les boudins. Étant donné qu’a priori on ne souhaite pas servir un repas façon cantine scolaire, on va commencer par les « éplucher » en faisant une petite incision et en retirant délicatement la fine peau (c’est très simple et ça évite le côté très peu chic de l’épluchage dans l’assiette par les convives). Puis, on les coupe en tranches de 1.5cm (précis hein !) et on les laisse de côté.

Cinq minutes avant que la purée et la compote ne soient prêtes (il suffit de gouter et de voir si les pommes et les pommes de terres sont fondantes à souhait), on fait fondre un peu de beurre dans une poêle. Quand il est bien chaud, on fait revenir les tranches de boudin jusqu’à ce qu’elles brunissent.

Il faut réussir, plus ou moins en même temps que la cuisson des boudins blancs – un peu avant c’est certainement plus vraisemblable – à écraser à la fourchette la purée et la compote, chacune de leur côté. Dans la compote on n’ajoute rien, c’est simple – et très bon – ainsi. Dans la purée, une grosse noisette (voire une noix) de beurre, et un peu de lait, ce sera parfait. Attention toutefois à retirer un peu d’eau de cuisson avant d’écraser la purée, quitte à la rajouter au fur et à mesure, pour ne pas avoir une soupe à la place d’un écrasé de pommes de terre !

Servir tout de suite bien chaud, à l’assiette ou dans trois plats. Au choix ! En somme, beaucoup de mots pour un plat facile à réaliser ! Bon appétit !

[Translation coming]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s