Avent – Jour #2 : Bridget Jones, Mad About the Boy

Il y a quelques semaines, alors que je lisais tranquillement Stylist avant de dormir (comprendre: je tournais les pages à vitesse grand V parce que franchement je ne comprends pas l’engouement pour la version anglaise, mais je m’égare comme souvent), je suis tombé sur un article comparant deux livres. Un premier, que j’ai depuis longtemps oublié, et un second: Bridget Jones. Ni une ni deux, je me suis extirpé hors de mon lit (oui, c’est compliqué une fois couché, mais j’y suis arrivé), afin de rallumer mon ordinateur et de passer commande dudit livre.

20131202-144727.jpg

Après plus d’une semaine d’attente dans l’hystérie la plus complète malgré ma sélection de l’option « 24h chrono », j’ai enfin reçu le troisième tome de cette trilogie (saga ?) anglaise. Pas sur que ce soit « le plus grand livre de notre époque », pour paraphraser Bridget, mais en revanche, c’est un moment de détente très agréable !

On prend les mêmes et – 15 ans plus tard – on recommence. Ce n’est pas une nouvelle Bridget Jones, étant donné qu’elle a essentiellement vieilli, mais confrontée à de nouvelles problématiques : Twitter, rencontres 2.0, enfants… elle n’a rien perdu de son charme et une fois de plus elle m’a donné quelques fou rires (et à une heure du matin avec des collocs et des murs aussi fin que du papier c’est un peu ridicule à expliquer mais qu’importe) !

Les fêtes approchant, ça me semble une parfaite idée de cadeau pour celles ou ceux qui connaissent par cœur les deux premiers films et qui n’espéraient même plus de suite ! Pas de prix Pulitzer en vue, non, mais une bonne lecture pour les voyages en avion, train ou car (euh, pardon ?!) de fin d’année !

A few weeks ago, as I was reading through Stylist before bed (and by that I mean, flicking through it like a crazy person as I don’t enjoy the UK version quite as much as the French one. But I’m getting off track already), I stumbled accross an article about two books. I have long forgotten the first one, but the second was Bridget Jones. In a second I pulled myself out of bed (easier said than done) and switched my MacBook on to order it.

After more than a week long wait despite my « 24-hour delivery », I finally got my hands on this third part of this English series (or shall I say saga?). It may not be « the greatest book of our time », to quote our little Bridget, but it is a very enjoyable read.

The plot is simple: the same ones, 15 years later. It’s not a new Bridget per se, as she’s only older. But faced with new problems (Twitter, online dating and kids to say the least) she hasn’t lost any of her fun. I must admit laughing out loud a few times (and its a little embarrassed when one has room-mates and paper thin walls, but oh well)!

As Xmas is coming up fast, I would recommend it as a gift for any fan that knows the movies by heart. After all, they’ve been waiting long enough! To sum it up, no Pulitzer prize in sight, but a nice holiday read to end 2013 on a nice note!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s